Votre synthèse de presse
du lundi 7 juin 2021


Cette synthèse de presse est constituée d’articles publiés dans la presse.
Ils ne reflètent ni ne portent les positions de la CFE Énergies.

ACTU DES IEG

Le PDG d’EDF met les pouvoirs publics face à leurs responsabilités
Les Échos – 7 juin – Valérie DE SENNEVILLE
Alors que le gouvernement peine à boucler le dossier de réforme du groupe EDF, Jean-Bernard LÉVY rechigne à servir de bouc-émissaire en portant seul la responsabilité d'un énième report de « la question EDF ». « Le projet de réforme a été coconstruit avec l'État, martèle-t-il. […] Dans tous les groupes, il y a des contraintes, chez EDF, elles sont protéiformes, mais il n'y a pas le début d'un désaccord stratégique avec l'État ». Le PDG d'EDF ne veut toutefois pas baisser les bras. « Il faudra bien que les choses évoluent, le temps donnera raison au besoin de réforme. En attendant, il faudra faire avancer l'entreprise et ça, c'est mon boulot ». Pour certains, la personnalité du PDG d'EDF participe aussi à faire monter la pression entre Paris et Bruxelles concernant le plan de réforme d'EDF. On lui reproche notamment son silence « mortifère » alors que l’intersyndicale du groupe s’est battue plusieurs mois contre la réforme. On déplore d’ailleurs à Bercy l'absence de discussion entre les représentants syndicaux d'EDF et la direction du groupe.


Projet Grand EDF : les syndicats attendus à Bercy lundi 7 juin
Enerpresse – 7 juin
Bruno LE MAIRE a indiqué jeudi dernier qu’il recevrait aujourd’hui l’ensemble des organisations syndicales pour les tenir informées des discussions [sur le projet de réorganisation d’EDF. Pour autant, les négociations avec la Commission européenne sur ce projet renommé Grand EDF ne sont pas terminées, mais « la ligne rouge absolue, c’est l'unité du groupe EDF », a rappelé une nouvelle fois le ministre.


Avec le stockage, GRDF veut flexibiliser ses réseaux
Énergie Plus – 1 juin – Caroline KIM
Le programme Flores pour Flexibilité Opérationnelle du Réseau de GRDF est destiné à englober une série d'expérimentations apportant flexibilité au réseau. Flores 1 et 2 sont les deux premiers projets expérimentaux du programme. Il s’agit de solutions de stockage. Les solutions de stockage explorées par Flores 1 sont sous forme liquéfiée, tandis que Flores 2 explore le stockage sous forme comprimée. Flores 1 vise un stockage de 60 000 Nm3 de gaz, et Flores 2 vise un volume de 15 000 Nm3. L’un des buts du projet est de permettre de développer et de tester les principes et les moyens de pilotage d’unité de stockage de gaz liquéfié par le réseau GRDF. L'expérimentation durera jusqu’à fin 2021.

MARCHÉ DE L'ÉNERGIE / ENVIRONNEMENT

AIE : en 2021, les investissements rebondissent vers l’électricité
Enerpresse – 7 juin
Selon in rapport de l’AIE, les investissements dans l’énergie devraient remonter de près de 10 % cette année pour atteindre 1900 milliards de dollars, compensant ainsi la majeure partie de la chute due à la crise sanitaire en 2020. Cela pourrait être la sixième année consécutive où le volume des fonds dirigés vers le secteur électrique surpasse celui qui va vers le pétrole et le gaz. Enerpresse note que les investissements dans l’électricité devraient augmenter de 5 % en 2021 pour dépasser les 820 milliards de dollars, « le plus haut niveau jamais atteint », avec une forte prédominance des énergies renouvelables. Celles-ci représenteront 70 % des 530 milliards de dollars investis dans les nouvelles capacités électriques en 2021. Cette année, les dépenses dans les énergies vertes dans leur ensemble devraient atteindre 750 milliards de dollars, en hausse de 7 %, un chiffre qui reste cependant trop faible selon l’AIE qui rappelle que pour atteindre la neutralité carbone en 2050, l’investissement dans les énergies propres devraient tripler cette décennie.


À la Réunion, des projets de conversion des centrales à charbon contestés
Le Monde – 5 juin – Jérôme TALPIN
La feuille de route énergétique de la Réunion est jugée comme étant un « pari perdant pour le climat » par des ONG menées par Reclaim France. Selon la programmation pluriannuelle de l'énergie, les centrales de Bois-Rouge, à Saint-André, et du Gol, à Saint-Louis, ne brûleront plus de charbon venant d'Afrique d'ici à 2023/2024, mais de la biomasse importée et de la biomasse locale. L’annonce a poussé l’'ONG Reclaim Finance a publié avec dix-huit autres ONG une lettre ouverte aux banques publiques et privées les appelant à ne « pas soutenir » ces projets. Les signataires s'appuient sur les travaux de scientifiques prouvant que la combustion de bois peut entraîner à court terme un accroissement des émissions de gaz à effet de serre, générant ainsi une « dette carbone non remboursable dans un délai acceptable ».

SOCIAL

Les syndicats promettent déjà un conflit social si le président persiste
Le Figaro – 7 juin – Anne-Hélène POMMIER
Lors d'un déplacement dans le Lot, le chef de l’État a estimé que la très controversée réforme systémique des retraites ne pourrait pas « être reprise en l'état ». Il l’a jugée
« extrêmement complexe » et « porteuse d'inquiétudes ». Mais l'intervention d'Emmanuel MACRON laisse la place à toutes les interprétations sur la suite. « Comme d'habitude, les propos du président sont kaléidoscopiques et tout le monde peut y trouver son compte et entendre ce qu'il veut entendre », déclare Frédéric SÈVE de la CFDT. Le patronat est ouvert à la discussion, sauf sur l'augmentation des taux de cotisation. Les syndicats beaucoup moins. La CFDT, plutôt favorable à un système universel, mais opposée à des mesures paramétriques, le promet : la rentrée sociale sera compliquée si le gouvernement s'acharne. « Et prendre le risque d'un conflit social à la rentrée, c'est jouer avec la reprise », souligne Frédéric SÈVE.

MANAGEMENT / RH

Le défi du retour au bureau
Aujourd’hui en France – 7 juin – Maxime FRANÇOIS
L’étape 2 du déconfinement débute mercredi, avec la fin du télétravail à 100 % et le retour sur site de salariés qui n'ont quasiment pas mis les pieds au bureau depuis un an. De nombreuses entreprises insistent sur la nécessité d'une rentrée progressive dans les locaux avant les congés d'été. Aujourd'hui en France a recueilli les témoignages de télétravailleurs qui redoutent ce moment. Selon le 7e baromètre d'OpinionWay, entre 60 % et 70 % de salariés estiment que le retour est nécessaire pour la cohésion des équipes. Mais, dans le même temps, 74 % des télétravailleurs ne souhaitent plus revenir comme avant.